Nouvelles

  1. 18 juin 2014

    Répertoires de nos chroniques

     http://www.antirouille.com/com/chroniques/index.html

  2. 18 juin 2014

    Nouvelle succursale à Chicoutimi

    Nouvelle succursale à Chicoutimi, reportage par l'hebdo Le courrier de chicoutimi :

    http://www.myvirtualpaper.com/doc/le-courrier-de-chicoutimi/sy02regu20140618/2014061601/21.html#20

  3. 23 janvier 2014

    Gala Radisson

    Les finalistes du Gala Radisson sont...

    http://www.lhebdojournal.com/Actualites/Economie/2014-01-21/article-3585015/Les-finalistes-du-Gala-Radisson-sont.../1

  4. 18 octobre 2013

    Voyez dans quel top 10 se classe votre véhicule parmi les plus résistants ou les plus vulnérables à la rouille

    D’après des données de l’Association pour la protection des automobilistes (APA), l’organisme Protégez-vous a établi en octobre 2013 deux classements de marques d’automobiles : le palmarès des 10 modèles qui résistent le mieux à la rouille et celui, moins glorieux, des 10 véhicules qui rouillent le plus au Québec. Votre auto ou camion est-il dans l’une de ces listes?

    Avant de le découvrir, notez d’abord comment on a élaboré ces tops 10 et pourquoi les régions québécoises sont des paradis pour la formation de la rouille.

    Si ces classements représentent une grande partie des automobiles vendues au Québec, ils ne sont pas complets. L’analyse a porté sur les données fournies par des automobilistes et des spécialistes concernant la présence ou l’absence de rouille pour 145 modèles de voitures d’occasion durant la période 2006-2012.

    Certains véhicules parmi les moins vendus ou pour lesquels il y avait peu de données n’ont pas été considérés. Ainsi, vous ne retrouverez pas les marques Smart, aux panneaux de carrosserie en plastique et non en métal, ni Subaru, ni quelques autres dans les tops 10.  

    Qu’on se le dise : les voitures, au Québec, rouillent toujours!

    Notre climat génère de nombreuses causes de rouille : humidité, brusques écarts de température, pollution de l’air, pluies acides et, au premier plan, ces énormes quantités de sel, de calcium et de sable hivernaux projetés durement sous le capot par les roues…

    Le réchauffement climatique ne devrait pas réduire ces facteurs de corrosion. « Au contraire, les météorologistes nous disent que les phénomènes météos extrêmes seront plus fréquents, ce qui veut dire davantage de canicules, donc d’humidité. On doit donc s’attendre aussi à beaucoup de changements brusques de température, une autre cause importante de rouille », explique Manuel Champoux, directeur de l’ingénierie à Antirouille Métropolitain.

    Et les meilleurs et les pires sont…

    Comment expliquer alors que, sous nos latitudes, certains véhicules rouillent moins que les autres? Manuel Champoux est d’avis qu’elles rouillent aussi mais plus lentement, grâce à des progrès dans leur conception et les matériaux utilisés. « Par exemple, la marque Audi, qui trône au sommet du palmarès des véhicules les plus résistants à la rouille, est un chef de file pour l’emploi d’acier galvanisé de qualité. »

    Et la marque la plus rouillante? Mazda, et pour plusieurs raisons. Comme l’a déclaré à La Presse George Iny, président de l'Association pour la protection des automobilistes, ce fabricant aurait fait le choix d’une peinture fragile, d’un acier à la résistance inférieure à la moyenne ainsi que d’une conception des joints pliés, des drains des ailes et des portières peu adéquate pour notre climat. Mais Mazda aurait changé ses pratiques, et ses plus récents modèles résisteraient mieux à la corrosion.

    Malgré des progrès importants contre la rouille, il ne faut pas se faire d’illusions, prévient Manuel Champoux : « On n’a pas encore vaincu ce fléau, et surtout pas au Québec. Nos clients sont toujours surpris d’apprendre que les duretés de notre climat finissent par abîmer n’importe quel bon antirouille… même le nôtre! C’est pourquoi il est essentiel de le remplacer chaque année, pour ne pas que des parties du véhicule, notamment à son dessous, se retrouvent sans protection. »

    Le top 10 des marques les MOINS rouillantes :

    1. Audi
    2. Volkswagen
    3. Volvo
    4. BMW
    5. Mini
    6. Honda
    7. Toyota
    8. Mercedes
    9. Hyundai
    10. Kia

    Le top 10 des marques les PLUS rouillantes :

    1. Mazda 
    2. Jeep 
    3. Ford 
    4. Saturn 
    5. Buick 
    6. Suzuki 
    7. Nissan 
    8. GMC
    9. Pontiac 
    10. Chevrolet

  5. 18 juin 2013

    Émission «On s'investit» au Canal Argent

    Antirouille Métropolitain à l'émission «On s'investit» au canal Argent
    à la 23ième minutes...

    http://argent.canoe.ca/videos/video-emission-sinvestit-11

  6. 12 juin 2013

    Antirouille Métropolitain | Inauguration du nouveau siège social

    Le journal Les Affaires
    http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/commerce-et-produits-de-consommation/antirouille-metropolitain-accelere-son-expansion/558664#.UbjQs_mQXTp

    Le Nouvelliste
    http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/economie/201306/11/01-4660110-antirouille-metropolitain-inaugure-un-nouveau-siege-social-de-43-millions-.php

    http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/economie/201306/12/01-4660335-six-fois-plus-de-succursales-dici-10-ans.php

    L'Hebdo Journal
    http://www.lhebdojournal.com/%C3%89conomie/Affaires/2013-06-11/article-3274051/Antirouille-Metropolitain-investit-43M/1

    L'Écho de Trois-Rivières
    http://www.lechodetroisrivieres.ca/2013/06/11/un-nouveau-siege-social-pour-antirouille-metropolitain

  7. 12 juin 2013

    Antirouille Métropolitain | Conférence de presse

    Située au siège social Antirouille Métropolitain à Trois-Rivières

  8. 11 juin 2013

    Investissement de 4,3 millions $ à Trois-Rivières par Antirouille Métropolitain

    Le leader québécois des traitements contre la corrosion, Antirouille Métropolitain, a inauguré son nouveau siège social provincial ce matin, à Trois Rivières, en compagnie de M. Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières et de M. Pierre Beaudoin, directeur principal des services techniques chez CAA Québec. Les nouveaux bureaux, concurremment avec un nouveau laboratoire de recherche et d’une succursale d’avant-garde Antirouille Métropolitain, constituent un investissement de 4,3 millions de dollars. Quelque 18 personnes y travaillent.

    Antirouille Métropolitain

    « La croissance des activités de la bannière Antirouille Métropolitain des dernières années a fait que les anciens bureaux administratifs de l’entreprise ne répondaient plus à nos besoins, a déclaré Jean-Luc St-Onge, fils de Bruno St-Onge, président et co-fondateur de l’entreprise. Grâce à notre nouveau siège social Antirouille Métropolitain va continuer de croître et de s’établir comme spécialiste au Québec dans le domaine de l’anticorrosion. »

    Le nouveau siège social, qui comprend des aires ouvertes, conçues de manière à promouvoir la collaboration, l'innovation et le partenariat multidisciplinaire entre les 18 employés qui y travaillent, abritera également un laboratoire et une succursale Antirouille Métropolitain de dernière génération. Les travaux de construction se sont déroulés sur une période de plus d’un an. Quelque 84 personnes ont travaillé sur ce nouveau bâtiment d'une superficie de 930 m².

     « Antirouille Métropolitain et un fleuron pour la ville de Trois-Rivières. Elle incarne bien le dynamisme, les valeurs d’innovation et le potentiel économique de notre Ville, a précisé le maire de Trois-Rivières, M. Yves Lévesque. Je suis fier du rayonnement et du succès de cette entreprise trifluvienne. Moi et tous les concitoyens de la ville sommes ravis de cet investissement ainsi que de l’engagement et de la confiance d’Antirouille Métropolitain envers notre région. »

    L'histoire d’Antirouille Métropolitain à Trois-Rivières remonte à 1975, alors qu’Ovide St-Onge, garagiste à la retraite de Saint-Louis-de-France, met à profit ses nombreuses années d'expérience dans le secteur de l'automobile et invente une solution antirouille à base d'huile minérale. La bonne nouvelle se répand très vite et les deux fils de M. St-Onge viennent épauler leur père alors débordé. En 1976, Bruno et Laurier investissent chacun 500 $ et fondent l’entreprise Antirouille Métropolitain. Le succès commercial est immédiat. De 1981 à 1999, l’entreprise s’établit partout au Québec.

    Les années 2000 apportent un nouveau défi à l’entreprise, améliorer le produit et tenir compte des enjeux liés à l’environnement. L’entreprise établit alors des partenariats avec l'Université du Québec à Trois-Rivières et le Centre de recherche industrielle du Québec pour plusieurs programmes de recherche. Aujourd’hui, Antirouille Métropolitain offre un antirouille biodégradable à base d’huile végétale à sa clientèle et continue d’investir en R&D : elle possède son propre laboratoire de recherche.

    L’entreprise compte aujourd’hui 15 succursales au Québec et en Ontario, dont deux qui seront officiellement ouvertes dans quelques semaines à Blainville et Terrebonne. Antirouille Métropolitain embauche quelque 250 employés et a un chiffre d’affaires annuel estimé à 13 millions de dollars.

    « La qualité du produit offert par Antirouille Métropolitain, la qualité du travail de ses employés, la réputation et la fiabilité de l’entreprise et son expertise sont les principales raisons pourquoi le CAA Québec recommande Antirouille Métropolitain comme fournisseur à ses membres », a pour sa part ajouté M. Pierre Beaudoin, directeur principal des services techniques chez CAA Québec.

    Inauguration Antirouille Métropolitain« Nous avons progressé considérablement depuis nos débuts en tant que compagnie. Antirouille Métropolitain est aujourd’hui le seul réseau spécialisé en antirouille automobile au Québec, a conclu M. St-Onge. Notre objectif actuel ne se limite pas à offrir des produits haut de gamme et performants. Nous visons à servir nos clients la meilleure expertise en matière de solution contre la corrosion et en harmonie avec l’environnement. Notre nouveau siège social témoigne de cet esprit et de la culture de ressources durables et renouvelables que nous nous efforçons de créer en tant que compagnie. »


    À propos d’Antirouille Métropolitain

    Antirouille Métropolitain est le spécialiste au Québec dans le domaine de l’anticorrosion. Depuis ses débuts en 1976, l’entreprise familiale a misé sur la qualité de ses services et a accordé la priorité à trouver des solutions pour réduire ses effets sur l'environnement. Le siège social trifluvien et l’ensemble des succursales d’Antirouille Métropolitain possèdent l'enregistrement à deux normes internationales de management, soit les normes ISO 9001 et ISO 14 001, qui concernent respectivement la qualité et l'environnement.

  9. 3 octobre 2011

    J.E. enquête sur l’antirouille permanent garanti

    L’émission J.E. a diffusé un reportage sur les traitements antirouille offerts par les concessionnaires de véhicules neufs.

    Vidéo : http://tva.canoe.ca/video/1163761051001

  10. 31 octobre 2010

    Étude de CAA-Québec : des phares usés nuisent à la sécurité

    Une nouvelle étude de CAA-Québec démontre que des lentilles de phares d'automobiles abîmées par les intempéries, les abrasifs et les débris deviennent si opaques qu'elles peuvent réduire la capacité d'éclairement de 50 % en comparaison avec des phares en bonne condition. Des tests effectués en circuit fermé le confirment : un automobiliste qui circule de nuit à 50 km/h disposera de 4 secondes de plus pour réagir en situation d'urgence si ses phares sont en bon état plutôt qu'abîmés.

    Un problème répandu

    Pour étudier le phénomène des phares abîmés, CAA-Québec a d'abord dépêché ses experts sur différents stationnements publics afin d'observer un échantillon de véhicules représentatifs du parc automobile du Québec. Cet exercice a permis de constater que 30 % des véhicules observés présentaient des problèmes d'opacité évidents, et même très sérieux dans près de 15 % des cas.

    Les résultats dans un environnement contrôlé…

    À l'aide d'un luxmètre, CAA-Québec a mesuré l'éclairement, c'est-à-dire la quantité de lumière reçue par l'objet que l'on éclaire, avant et après la restauration des lentilles de phares. Les résultats de ces tests, effectués dans une pièce fermée sans source de lumière, sont surprenants. Ils indiquent une différence de l'éclairement qui peut atteindre 60 %.

    … et sur circuit fermé

    D'autres tests sur un circuit routier ont également permis de définir l'impact de l'opacité des lentilles de phares sur la visibilité. Douze panneaux noirs de différentes dimensions ont été placés à des distances différentes. Les résultats montrent que le conducteur du véhicule avec les phares en bon état a pu apercevoir les panneaux quelque 60 mètres plus tôt qu'au volant du véhicule aux lentilles abîmées. En résumé, l'amélioration de la visibilité varie de 92 % à 1 200 %. Pour prendre connaissance des résultats complets de cette étude, consultez la vidéo.

    « Lors de la conduite de nuit, particulièrement à cette période de l'année où la noirceur est présente de plus en plus tôt, il est impératif de voir le plus loin possible afin de parer à toute éventualité. Considérant que plus de 90 % de l'information nécessaire à la conduite automobile provient de l'exploration visuelle, il est primordial d'avoir une vision optimale, surtout en cette période où de nombreux enfants arpenteront nos rues pour l'Halloween », souligne Mme Sophie Gagnon, directrice principale des relations publiques et gouvernementales de CAA-Québec.

    Les tests de CAA-Québec ont été réalisés alors que les conditions atmosphériques étaient favorables à la visibilité du conducteur. Il pourrait être encore plus difficile, par exemple, d'apercevoir un piéton situé à la fois à plus grande distance et en périphérie, alors qu'il neige ou qu'il pleut abondamment.

    Les causes de la détérioration des phares

    Bien que l'opacité des phares soit plus généralisée sur les véhicules qui ont plus de 5 ans,

    CAA-Québec a constaté que cette situation peut survenir dès les premières années de vie d'une voiture. C'est le type de matériau utilisé pour la confection des lentilles qui est en cause plutôt que l'âge. Ainsi, les phares en vitre d'un véhicule de plus de 10 ans peuvent être considérés en excellent état. Les phares conçus en polycarbonate, eux, sont plus facilement altérés par les projections d'abrasifs et de débris, comme le sable, le calcium ou le sel, ainsi que par le soleil et la pluie.

    Des correctifs à peu de frais

    Afin de remettre les phares à neuf, CAA-Québec recommande de faire affaire avec une entreprise spécialisée qui restaure de façon complète et durable des lentilles de phares grâce à une technique de polissage. Plusieurs produits sont également en vente, mais leur résultat n'est pas toujours durable. « Des traitements sont offerts pour remédier à l'opacité des phares, et ce, à faibles coûts. Il n'y a donc aucune excuse pour tolérer des phares qui n'éclairent pas assez la route. Tous les conducteurs gagnent à avoir une meilleure visibilité alors que de plus de plus de déplacements se réaliseront à la noirceur dans les semaines à venir », indique Mme Gagnon.

  11. 20 octobre 2010

    Antirouille Métropolitain prend le Virage vert.

    À lire dans La Presse.

    http://auto.lapresse.ca/auto-ecolo/201109/12/01-4444769-virage-vert-a-antirouille-metropolitain.php

  12. 16 août 2010

    PREMIÈRE AU QUÉBEC

    L'entreprise trifluvienne Antirouille Métropolitain ouvre une succursale 100 % écolo à Saint-Hyacinthe

    Antirouille Métropolitain, le spécialiste au Québec dans le domaine de l'anticorrosion des véhicules moteurs et dont le siège social est basé à Trois-Rivières, a récemment ouvert sa première succursale totalement « verte » à Saint-Hyacinthe. L'entreprise trifluvienne offre désormais aux propriétaires de véhicules de cette région un traitement antirouille écologique, sans solvant, non toxique et biodégradable.

    Il faut toutefois noter que le produit est aussi disponible comme option de traitement chez six autres des succursales d'Antirouille Métropolitain du Québec et de l'Ontario, soit Trois-Rivières, Sherbrooke, Gatineau, Pierrefonds, Notre-Dame-de-Grâce et Ottawa.

    « Avec l'ouverture de notre nouvelle succursale à Saint-Hyacinthe, Antirouille Métropolitain élargit son réseau commercial à 12 points de service au Québec et en Ontario et confirme son statut comme entreprise phare dans le domaine de la protection des véhicules contre la rouille, a souligné le directeur général d'Antirouille Métropolitain, M. Jean-Luc St-Onge.

    Depuis ses débuts en 1976, Antirouille Métropolitain mise sur la qualité de ses services et accorde la priorité à trouver des solutions pour améliorer son produit et réduire ses effets sur l'environnement. « Notre nouveau produit vert répond aux besoins du présent et se veut à l'image de notre avenir : être une entreprise sans cesse écologiquement et socialement responsable », a ajouté M. St-Onge.

    L'ensemble des succursales d'Antirouille Métropolitain possèdent l'enregistrement à deux normes internationales de management, soit les normes ISO 9001 et ISO 14 001, qui concernent respectivement la qualité et l'environnement.

Voir la gamme complète de services complémentaires